Port Owendo : menace de grève chez GPM dans 10 jours

Les délégués syndicaux de Gabon port Managment (GPM) ont déposé ce jeudi un préavis de grève qui court durant 10 jours à l’issus desquels ils promettent de rentrer en grève si l’administration n’ouvre pas des négociations sérieuses.

Les délégués dénoncent la rupture du dialogue entre les délégués du personnel (DP) et le Directeur général de GPM depuis plus d’un an. A chaque demande de négociations, le DG a toujours délégué la Directrice des Ressources humaines qui n’est pas décisionnaire et dont les promesses de solutions n’ont jamais abouti, soutiennent les délégués dans leur préavis dont Gabonactu.com a obtenu une copie.

Les délégués demandent l’ouverture des négociations sur le cahier des charges déposé auprès de la direction générale depuis le 6 septembre 2022. L’administration n’aurait donné aucune suite sur ce cahier de charges.

Le 15 novembre dernier, le personnel de GPM syndiqué auprès de la CGSL a tenu une assemblée générale dans un hangar de l’entreprise ayant donné mandat aux délégués du personnel de déposer un préavis de grève.

Les délégués se disent prêt à négocier en présence de leur centrale syndicale (CGSL). En cas d’échec de négociations ils promettent entrer en grève avec service minimum. Le matin, ils ne traiteront qu’un seul dossier de recouvrement. La grève démarrera chaque jour de 12H30 à 7H59.

Un seul bateau sera traité par jour. Aucun la nuit.

Créée en 2004 sous le nom de SIGEPRAG avant de devenir GPM en 2007, cette entreprise fonctionne comme un malade dans un état végétatif.

A sa création, le chiffre d’affaires mensuel de GPM était de l’ordre de 1,5 milliard de FCFA. Une cagnotte qui faisait de l’entreprise un fleuron économique dans la zone portuaire, à Owendo notamment où son siège est situé dans une dépendance de l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG).

Siège de GPM / Gabonactu.com
Siège de GPM © Gabonactu.com

Pour rappel, la mise en concession privée d’une partie des activités de l’OPRAG par l’Etat Gabonais, répondait à la volonté du défunt Chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba de doter le Gabon de ports modernes et compétitifs. Mais il est triste de constater que 20 ans après cette mise en concession, rien n’a bougé. Aucun investissement majeur n’a été réalisé tant à Owendo qu’à Port-Gentil depuis l’arrivée de GPM.

Les textes de la concession de 35 ans accordée à GPM sous Omar Bongo sont clairs. Les investisseurs privés internationaux de l’entreprise ont leur responsabilité, l’Etat aussi a les siennes. A chacun de jouer sa partition car l’heure de « l’essor vers la félicité » a sonné pour toute la patrie.

Camille Boussoughou

Laisser un commentaire