Impôts : le Premier ministre calme la colère des syndicats des régies financières

La hache de guerre entre les syndicats des régies financières et le Premier ministre de la transition, Raymond Ndong Sima semble avoir été enterrée ce lundi.

Economiste chevronné, Raymond Ndong Sima a écouté les cris d’orphée lancés par les syndicalistes. En effet, le 22 janvier dernier, la Fédération des collecteurs des régies financières (FECOREFI) a adressé un courrier à Raymond Ndong Sima pour lui demander de reconsidérer la répartition des quotas de participation au cadre de négociations sociales avec les organisations des régies financières et administrations assimilées objet de l’arrêté N° 1263 du 27 décembre 2023.

L’arrêté du Premier ministre précise que dans ce cadre de négociations, les ministères de l’Economie, du Pétrole et des Comptes seront représentés par un seul délégué syndical alors que l’administration aura au moins un représentant pour chacun de ces 3 ministères dont dépend la FECOREFI.

Dans sa missive la FECOREFI estimait que l’arrêté du Premier ministre soustrait les syndicats des collecteurs des régies financières (Impôts, Douanes et Hydrocarbures) de la commission mise en place.

« Par la présente, nous formulons un recours gracieux en application des dispositions de l’article 42 de la loi N°17/84 du 29 décembre 1984 portant code des juridictions administratives au Gabon », écrit la FECOREFI.

La FECOREFI demandait par conséquent à Raymond Ndong Sima de surseoir la mise en place de cette commission sur la base de cet arrêté querellé et de le redéfinir selon les dispositions de la loi, afin de garantir un dialogue inclusif dans la sérénité et la paix sociale au sein des régies financières.

Ce lundi, c’est chose faite. Le chef du gouvernement a appelé tous les syndicalistes des régies financières sur la table des négociations.

L’objectif « est de mettre à plat les désidératas de ces dernières et de revoir l’arrêté qui était aux cœurs des controverses », selon un communiqué de la Primature.

Au terme de la rencontre, les deux parties ont convenu de « la signature par le Premier Ministre et les partenaires sociaux de l’arrêté qui fixe et recadre les travaux de négociations qui vont démarrer dans les prochains jours entre les représentants de l’administration, ceux des partenaires sociaux, sous la présidence du Premier Ministre de la Transition », précise le texte de la primature.

Ignorés par le gouvernement déchu qui les affublait du titre « d’enfants gâtés de la République à l’appétit vorace », les collecteurs d’impôts et taxes se sentent à nouveau reconsidérés. Remis au travail depuis le coup d’Etat du 30 août dernier après des longs mois de grève, ils réalisent des résultats en hausse chaque mois, ce qui leur vaut des encouragements de leurs administrations de tutelle.

Carl Nsitou

Laisser un commentaire